La maladie

L’infection par le VIH passe par trois phases successives :

La phase d’incubation :

Cette période est successive à l’infection. Elle peut durer de 3 semaines à 6 mois. Cette phase ne se traduit pas par des signes ou des maux spécifiques. Cela est très variable selon les individus : certains ressentent les effets d’une grippe ou présente les signes d’une affection comme la mononucléose, alors que chez d’autres sujets atteints aucun trouble n’est observé.

Après la pénétration du VIH, ou de cellules infectées par le VIH dans l’organisme, le VIH se multiplie très vite et infecte un grand nombre de cellules. Le système immunitaire met du temps à réagir, et le VIH en profite.

Après quelques semaines, le système immunitaire a suffisamment réagi pour que les symptômes disparaissent. Le sang contient alors des anticorps contre le VIH, ce sont ces anticorps qui sont dépistés par le test qui détermine si une personne est séropositive.

La phase d’imprégnation silencieuse :

Dans les 10 années suivant la découverte de leur séropositivité :

  • 60% des sujets infectés développeront un véritable sida.
  • 20% des sujets contaminés ne présente aucun signe de la phase sida au bout de 10 ans.
  • 20% connaîtront des syndromes mineurs.

Le VIH se réfugie dans les ganglions qui forment une sorte de filtre où les germes sont piégés et attaqués par le système immunitaire. Dans le cas du VIH, le virus peut rester dans les ganglions pendant des années sans produire de symptômes mais en continuant à infecter plusieurs sortes de cellules immunitaires.

La phase sida :

Une infection à long terme peut produire des dérèglements du système immunitaire. Ces dérèglements peuvent s’aggraver mutuellement et entraîner un état d’immunodépression où le système immunitaire réagit moins bien contre les germes, et où certaines cellules (les lymphocytes T4) disparaissent petit à petit. Lorsque cet état d’immunodépression s’aggrave, des infections s’installent et des symptômes apparaissent.

Il y a une très grande diversité de symptômes de la maladie.

Cependant, il y a trois grands groupes de symptômes :

  • Les cancers
  • Les infections opportunistes, appelées ainsi car les microbes profitent de l’amoindrissement des défenses immunitaires pour envahir l’organisme.
  • Les manifestations neurologiques quand le VIH pénètre dans le cerveau. Elles se caractérisent par des pertes de mémoire, une certaine confusion de langage, une diminution de l’acuité visuelle et divers troubles d’ordres psychiques nécessitant l’intervention de psychiatres.

Le SIDA n’a pas une évolution continue. En effet, il évolue par poussées successives qui sont séparées par des phases de latences. Il arrive même parfois que le malade semble totalement guéri mais malheureusement, pour l’instant, ces périodes sont suivies de rechutes…

Dossier publié le 8 mars 2001 – M.P.

Revu le 5 mars 2002

Les commentaires sont fermés.